Médiation familiale : que faut-il retenir ?

1276
Partager :

Les conflits familiaux, les divorces et la recomposition familiale constituent quelques situations de vie courante nécessitant des dispositions de médiation. Cette dernière vise à préserver un lien familial. De façon spécifique, elle contribue au maintien des liens entre les membres d’une famille. C’est une alternative intéressante pour régler certains litiges difficiles. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir sur la médiation familiale !

Qu’est-ce que la médiation familiale ?

Lorsqu’on parle de la médiation familiale, il faut faire allusion à l’ensemble des mesures de restauration du lien familial fragilisé par certaines situations de vie. Ainsi, on peut parler de médiation pour un divorce. Cette mesure favorise l’écoute et le dialogue au sein d’un espace neutre. Elle implique l’intervention d’un professionnel qualifié : le médiateur familial. 

A lire également : Les nombreux avantages de partager des moments en famille

Par définition, les médiateurs familiaux sont ces professionnels impartiaux et neutres qui accompagnent les membres d’une famille dans une démarche de paix, de cohésion et d’unité. Ils exercent leur métier dans une association de médiation familiale ou de manière libérale. À l’issue d’une médiation familiale, la solution proposée convient parfaitement aux besoins des membres de la famille. Bien entendu, il s‘agit d’une solution résultant des discussions menées dans le cadre de la résolution du problème.

Quand peut-on solliciter un médiateur familial ?

La médiation est une solution réservée aux couples mariés ou non, divorcés ou en instance de divorce, séparés, aux familles pacsées ou recomposées. Elle intervient pour clarifier certains points en rapport avec la séparation, à savoir : la pension alimentaire, l’autorité parentale, la liquidation du régime matrimonial. C’est aussi le cas de la prestation compensatoire, des droits d’hébergement et de visites, etc.

A lire aussi : Comment devenir une famille d’accueil ? 

La médiation est aussi nécessaire en cas de conflits autour des relations entre des petits enfants, des adolescents et leurs parents ou des grands-parents. Par ailleurs, il est possible d’initier une médiation familiale avant de recourir à un juge en se tournant vers une association de médiation familiale ou un médiateur familial.

Comment se déroule la médiation familiale ?

La procédure de la médiation familiale commence par un premier rendez-vous d’informations. C’est au cours de celui-ci que les parties sont informées sur le processus de médiation, ses objectifs ainsi que ses différentes modalités. En général, les séances de médiation durent entre 1h30 et 2h en présence de deux parties. Le nombre d’entretiens dépend en l’occurrence de la situation en face.

En outre, il est possible aujourd’hui de procéder à une médiation à distance (disponible en ligne). Cela intervient en cas de détention carcérale d’une partie, d’éloignement géographique ou encore de situation très conflictuelle. Cette proposition des médiateurs permet aux deux parties d‘échanger via des canaux de visioconférence. Chacune des parties est assistée par un médiateur. Au terme des discussions, l’accord trouvé est imposé aux parties. C’est souhaitable de faire homologuer cet accord par un juge. Celui-ci lui accorde une force exécutoire.

Au cas où aucun accord ne serait trouvé sur-le-champ, les parties sont obligées de recourir au juge. Pour information, la procédure de la médiation familiale est payante. Chacune des parties concernées devra payer le montant fixé par le médiateur. Pour ce qui est du premier rendez-vous d’informations, celui-ci est cependant gratuit.

Comment choisir un médiateur familial ?

Il faut bien choisir son médiateur familial pour obtenir les résultats escomptés. Le choix doit se faire avec précaution, car le médiateur aura un impact sur la qualité des séances et par conséquent sur l’issue de la médiation familiale. Pour ce faire, voici quelques critères à prendre en compte.

Critères de sélection d’un bon médiateur familial

  • La formation : il faut une formation dans ce domaine. Une telle compétence garantit une maîtrise des différentes techniques utilisées lors du processus.
  • L’expérience : un bon médiateur sera celui qui possède une expérience avérée dans le traitement des conflits familiaux. Effectivement, chaque cas étant particulier, il faut confier sa résolution à un professionnel aguerri.
  • La neutralité : c’est un critère essentiel qu’il ne faut surtout pas négliger lorsqu’on souhaite opter pour les services d’un bon médiateur familial. La capacité du praticien à rester impartial permettra aux parties impliquées dans le conflit de s’exprimer librement tout en écoutant celles-ci sans porter préjudice à aucune partie prenante.

Comment trouver un bon médiateur familial ?

  • En ayant recours au bouche-à-oreille : cela consiste à demander à son entourage (amis, famille, collègues…) s’il connaît un bon médiateur familial.
  • En effectuant une recherche sur internet : cette option est très pratique pour trouver des professionnels disponibles dans sa région. Toutefois, il faut bien vérifier que le praticien choisi répond aux critères précédemment évoqués.
  • En se renseignant auprès du Tribunal de Grande Instance ou du Barreau : ces institutions seront en mesure d’indiquer les noms des médiateurs familiaux agréés exerçant dans la région concernée.

La médiation familiale peut être décrite comme l’une des meilleures solutions pour résoudre les conflits familiaux sans recourir au juge. Elle ne doit pas être entreprise avec légèreté car choisir un mauvais médiateur pourrait aggraver la situation plutôt que la régler. Il faut donc veiller à prendre le temps nécessaire pour sélectionner celui qui sera capable de mener la procédure vers une issue favorable aux deux parties prenantes ainsi qu’à leurs enfants si ceux-ci sont impliqués dans le conflit familial.

Les avantages et limites de la médiation familiale

La médiation familiale présente plusieurs avantages significatifs pour les parties impliquées dans un conflit familial :

  • Résolution rapide des conflits

En comparaison à une procédure judiciaire, le processus de médiation familiale est beaucoup plus rapide. Effectivement, il ne nécessite pas l’intervention d’un juge et permet aux parties prenantes de résoudre leurs différends en quelques séances seulement. Cela évite ainsi la prolongation du conflit.

  • Réduction des coûts financiers

Lorsqu’il s’agit d’un conflit familial, faire appel à un avocat peut s’avérer très coûteux. La médiation familiale est donc une alternative moins onéreuse qui permettra aux parties prenantes de régler leur différend rapidement sans dépenser autant que lors d’une procédure judiciaire.

  • Satisfaction personnelle obtenue par les deux parties impliquées dans le conflit:

Cette méthode présente aussi comme avantage de donner entière satisfaction à toutes les parties impliquées dans le litige familial car chacune aura pu exprimer ses souhaits et besoins tout en étant écoutée.

  • Certains types de violences intrafamiliales peuvent empêcher la mise en œuvre effective de la médiation familiale.
  • Les résultats obtenus peuvent ne pas être satisfaisants pour l’une des parties prenantes dans le conflit familial, et cela peut conduire à une situation difficilement gérable.
  • L’efficacité d’une médiation familiale dépend de la volonté réelle des deux parties impliquées dans le conflit familial. Si une partie refuse ce processus ou n’est pas impliquée activement dans celui-ci, les résultats ne seront sans doute pas concluants.

Malgré ses avantages évidents, la médiation familiale reste un dispositif qui doit être utilisé avec prudence. Elle est efficace pour résoudre les différends familiaux mineurs mais est moins adaptée aux cas plus complexes. Il faut souligner que la décision finale quant au recours à cette méthode revient aux personnes concernées par le conflit familial ; cependant, nous recommandons vivement qu’elles se fassent accompagner par un professionnel issu du champ du juridique ou bien social afin que leurs intérêts soient préservés.

Partager :