Médiation familiale : que faut-il retenir ?

27
Partager :

Les conflits familiaux, les divorces et la recomposition familiale constituent quelques situations de vie courante nécessitant des dispositions de médiation. Cette dernière vise à préserver un lien familial. De façon spécifique, elle contribue au maintien des liens entre les membres d’une famille. C’est une alternative intéressante pour régler certains litiges difficiles. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir sur la médiation familiale !

Qu’est-ce que la médiation familiale ?

Lorsqu’on parle de la médiation familiale, il faut faire allusion à l’ensemble des mesures de restauration du lien familial fragilisé par certaines situations de vie. Ainsi, on peut parler de médiation pour un divorce. Cette mesure favorise l’écoute et le dialogue au sein d’un espace neutre. Elle implique l’intervention d’un professionnel qualifié : le médiateur familial. 

A lire en complément : Un meuble industriel pour une décoration vintage !

Par définition, les médiateurs familiaux sont ces professionnels impartiaux et neutres qui accompagnent les membres d’une famille dans une démarche de paix, de cohésion et d’unité. Ils exercent leur métier dans une association de médiation familiale ou de manière libérale. À l’issue d’une médiation familiale, la solution proposée convient parfaitement aux besoins des membres de la famille. Bien entendu, il s‘agit d’une solution résultant des discussions menées dans le cadre de la résolution du problème.

Quand peut-on solliciter un médiateur familial ?

La médiation est une solution réservée aux couples mariés ou non, divorcés ou en instance de divorce, séparés, aux familles pacsées ou recomposées. Elle intervient pour clarifier certains points en rapport avec la séparation, à savoir : la pension alimentaire, l’autorité parentale, la liquidation du régime matrimonial. C’est aussi le cas de la prestation compensatoire, des droits d’hébergement et de visites, etc.

A lire aussi : Comment se procurer des cigarettes quand on est mineur ?

La médiation est aussi nécessaire en cas de conflits autour des relations entre des petits enfants, des adolescents et leurs parents ou des grands-parents. Par ailleurs, il est possible d’initier une médiation familiale avant de recourir à un juge en se tournant vers une association de médiation familiale ou un médiateur familial.

Comment se déroule la médiation familiale ?

La procédure de la médiation familiale commence par un premier rendez-vous d’informations. C’est au cours de celui-ci que les parties sont informées sur le processus de médiation, ses objectifs ainsi que ses différentes modalités. En général, les séances de médiation durent entre 1h30 et 2h en présence de deux parties. Le nombre d’entretiens dépend en l’occurrence de la situation en face.

En outre, il est possible aujourd’hui de procéder à une médiation à distance (disponible en ligne). Cela intervient en cas de détention carcérale d’une partie, d’éloignement géographique ou encore de situation très conflictuelle. Cette proposition des médiateurs permet aux deux parties d‘échanger via des canaux de visioconférence. Chacune des parties est assistée par un médiateur. Au terme des discussions, l’accord trouvé est imposé aux parties. C’est souhaitable de faire homologuer cet accord par un juge. Celui-ci lui accorde une force exécutoire.

Au cas où aucun accord ne serait trouvé sur-le-champ, les parties sont obligées de recourir au juge. Pour information, la procédure de la médiation familiale est payante. Chacune des parties concernées devra payer le montant fixé par le médiateur. Pour ce qui est du premier rendez-vous d’informations, celui-ci est cependant gratuit.

Partager :