Comment empêcher le décrochage scolaire ?

2
Partager :

Comment éviter l’abandon scolaire ?

Le BAC approche vite, les résultats du Parcoursup commencent à tomber, pour les étudiants de Terminale de nouveaux horizons émergent. Néanmoins, seulement 88 % des élèves du secondaire seront diplômés du baccalauréat en juin, selon les estimations du Ministère de l’éducation nationale, et ce pourcentage reste inchangé depuis 2014. Mauvaise réussite, trop d’exigences, difficultés scolaires, quelles sont les raisons pour lesquelles 12% des élèves du secondaire échouent à l’examen BAC ?

A lire aussi : Pourquoi mon fils de 2 ans tape ?

Décrochage scolaire : qu’est-ce que c’est ?

élèves en échec scolaire sont souvent victimes de la machine éducative : le système éducatif est conçu de manière à ce que tous les élèves soient traités de la même manière et doivent suivre un rythme d’apprentissage élevé. Malheureusement, tous n’y parviennent pas et en ramant, en essayant et en échouant, certains élèves abandonnent hors de l’école. Il suffit d’avoir un enseignant avec qui le courant ne passe pas pour qu’un élève déteste la question, puis le boycotter, puis l’abandonner. L’accumulation de lacunes Les , la peur de l’échec, le manque d’intérêt pour l’école amène certains élèves à cesser simplement de suivre des cours parce qu’ils se sentent perdus. Peut-on parler d’abandon scolaire pour les 12 % des élèves du secondaire qui n’auront pas leur BAC en juin ? Certainement pas, mais les chiffres du cnesco sont significatifs : 450 000 jeunes, âgés de 18 à 24 ans (en 2016), ne sont pas diplômés.

Vous avez besoin d’un soutien scolaire ?

je suis en train de réviser l’autonomie

Je progresse avec un professeur à la maison

Je m’entraîne pendant les vacances en petit groupe

Google France★★★★★évaluation4,8 sur 5 Je découvre les solutions proposées

A lire également : Qui doit payer la cantine ?

Trouver un nouvel équilibre pour intéresser les jeunes

Face à un monde en mutation, où la technologie a envahi nos vies et les algorithmes de Google conduisent nos désirs, nous voyons naître un nouveau système et de nouveaux défis. Il n’est pas toujours facile de comprendre cette mondialisation, et il peut être effrayant pour les élèves du secondaire de penser que les résultats ont priorité, ainsi que l’immédiateté de nos actions. Cependant, l’école ne doit pas être considérée comme une institution austère hostile au développement de tous.

De nouvelles professions émergent, avec des changements numériques majeurs influencent la vie quotidienne des jeunes et des adolescents, mais comment pouvons-nous tout concilier ? Comment pouvons-nous ne pas perdre l’intérêt dans un monde qui va trop vite quand vous ne pouvez pas suivre tout ce qui se passe dans les cours de mathématiques ? Pourquoi continuer si vous n’avez pas le niveau requis ?

De la maternelle au baccalauréat, la lutte contre l’abandon scolaire est un enjeu humain, social et économique. Depuis 2014, le plan d’action « Tous mobilisés pour vaincre l’abandon » vise à aider les enseignants et les élèves à surmonter ce fléau. Des moyens sont mis en place pour que les élèves qui quittent l’école puissent se tourner vers des centres spécialisés et être ainsi accompagnés dans cette période difficile. Pour obtenir de l’aide personnalisée, il faut se tourner vers des organisations privées, mais cela ne signifie pas que seules les familles « riches » peuvent éviter d’abandonner l’école.

A priori sur le décrochage scolaire

L’ échec ne doit pas être associé à la paresseuse ou à l’oisiveté. S’il est vrai que chaque élève n’apporte pas la même importance à l’école, les difficultés rencontrés peuvent amener les élèves du secondaire à cesser d’essayer de comprendre.

En théorie, un étudiant doit avoir parfaitement validé une compétence pour passer au niveau suivant, comme dans un jeu vidéo. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. C’est là que l’abandon scolaire peut avoir lieu. Si un élève n’a pas bien compris un cours, un enseignant a utilisé une méthode qui est gênante pour les élèves qui ont plus de difficulté, ou si une matière n’intéresse tout simplement pas un élève, il devient facile de négliger l’école et de se tourner vers autre chose lorsque la motivation n’est plus au rendez-vous.

L’école touffue : un premier pas vers l’abandon scolaire Lorsque vous commencez l’école, vous n’avez qu’un seul désir : découvrir de nouvelles choses, comprendre comment fonctionne le monde. Malheureusement, il y a tellement de choses différentes à apprendre et à savoir que certaines d’entre elles se produisent trop vite. Ainsi, un étudiant qui n’a pas correctement assimilé un connaissance sera en retard et peut alors rencontrer des difficultés. Celles-ci peuvent dans certains cas s’accumuler et conduire à l’abandon scolaire.

Cependant, le décrochage scolaire peut également être dû à des facteurs extérieurs à l’école. L’atmosphère au sein de la maison et les relations familiales sont primordiales dans le développement de l’enfant. Si des problèmes surviennent pendant la scolarité et que l’enfant se sent perdu, il est fréquent que cela se manifeste par un manque de motivation chez le jeune qui ne cherchera plus à aller à l’école et qui abandonnera plus facilement le système scolaire.

Solutions pour lutter contre le décrochage scolaire

Il existe plusieurs solutions pour lutter contre le décrochage scolaire. Tout d’abord, nous pensons au tutorat avec des cours privés ou des stages intensifs pour rattraper le retard. D’autre part, ces dernières années, grâce aux progrès technologiques, il est également possible de prendre des cours particuliers en ligne sur comme Preply qui vous permettent de parler à un enseignant privé via Skype sans avoir à voyager.

L’ éducation nationale offre également des solutions en offrant aux élèves qui quittent l’école de se tourner vers les écoles de la deuxième chance (E2c) ou d’effectuer des services civiques tout en poursuivant leur scolarité en parallèle pour se perfectionner et adopter une première approche professionnelle volontaire. Il est également possible de réussir le diplôme en tant que candidat libre avec un accompagnement adapté.

L’ échec scolaire n’est pas une fatalité

L’ échec scolaire ne doit pas être considéré comme un décès. Les élèves qui ont abandonné l’école ont la possibilité d’être accompagnés s’ils le souhaitent et peuvent trouver des alternatives à l’école traditionnelle pour avoir d’autres possibilités.

Les nouvelles technologies telles que l’enseignement et les révisions des applications mobiles et des sites Web nous permettent également de revisiter des connaissances qui n’ont pas a été compris dans la salle de classe, clarifier les compétences et aller de l’avant vers le progrès. Mais dans le cas d’un retard trop long, il est préférable de faire appel à un enseignant privé qui sera en mesure de se mobiliser et de revenir aux points nécessaires pour poursuivre sa scolarité. Ou il est également possible de prendre part à des cours de rattrapage. Stages privilégiés dans lesquels les effectifs sont réduits pour avoir un meilleur suivi.

Enfin, il n’est pas nécessaire de banaliser l’abandon scolaire ou d’en faire une fatalité. Il serait dommage de ne pas avoir la possibilité de poursuivre ses études seulement parce que certaines compétences n’ont pas été acquises dans certaines classes. Grâce à certaines organisations, il est possible de rattraper et de combler ses lacunes afin d’éviter l’abandon scolaire.

Partager :